Bientôt grand frère

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu envie de devenir maman.

Toujours eu envie d’avoir plusieurs enfants. Issue d’une famille nombreuse, je garde un doux souvenir des moments passés entre frères et sœurs et il était évident que je ne voudrais pas d’un enfant unique.

Malgré une première année de vie difficile pour notre p’tit loup, une année de nuits blanches, de pleurs incessants, de crises interminables (merci le RGO et le syndrome de KISS), une année pendant laquelle nous n’étions tout simplement pas heureux d’être devenus parents (ça me fait mal de dire ça, mais c’est la triste vérité), on a pourtant eu envie rapidement avec Papa Trouille, d’avoir un deuxième enfant. Masos les parents, non?

Non pas tant en fait.

Après les traitements du KISS, notre petit garçon s’est mis à aller progressivement bien mieux. Enfin nous pouvions profiter pleinement de lui, de notre rôle de papa et maman, de toutes ses premières fois. Alors forcément l’idée du petit deuxième a germé assez vite dans nos esprits.

Lorsque j’ai appris ma deuxième grossesse, j’ai été évidemment très heureuse. Papa aussi. Notre p’tit loup un peu moins ahah. Du haut de ses 20 mois, il a compris que quelque chose d’assez bouleversant était en train de se produire. L’allaitant toujours à ce moment là, j’ai eu rapidement une baisse de lactation et me suis sentie comme « agressée » lors des tétées. Alors j’ai très progressivement sevré mon bébé. Un véritable deuil à faire…

C’est à ce moment très précis que j’ai réalisé que mon p’tit loup allait devoir « partager » sa maman, que notre relation fusionnelle ne serait plus exclusive, que son monde allait changer, que quelque part, il allait me perdre.

Et ça m’a brisé le cœur. 

Et puis j’ai peur. 

Comment aimer un autre petit être alors qu’on ressent déjà un amour débordant et infini pour son enfant? Comment donner autant d’amour à chacun de ses enfants?

Papa Trouille me dit souvent en ce moment, qu’il adore notre vie à trois. C’est vrai, moi aussi. On a réussi à trouver un bel équilibre après une période vraiment pas évidente. Et voilà que toute cette harmonie va être très bientôt bouleversée.

Moi qui ai toujours voulu plusieurs enfants, je me retrouve à appréhender cette situation. J’ai peur de moins l’aimer que son grand frère…

Pourtant, ressentir les mouvements de bébé 2 m’emplit de joie. J’ai très hâte de le rencontrer. Tout est prêt pour l’accueillir. Puis je suis persuadée que je vais pouvoir, cette fois-ci, vivre pleinement les premiers mois de mon enfant. Un peu comme une redécouverte du rôle de maman.

L’avenir nous le dira! Plus que quelques semaines à patienter…

Avant que mon bébé devienne grand frère!

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close